Bienvenue sur world-blogueur.com ! Ce blog rassemble les récits et photos de mes périples et expériences près d'ici ou à travers le monde. Des voyages à vélo, en bus, en train, sac à dos, en fourgon, en famille, en montagne ou tout au nord... Consultez également ma bibliothèque qui rassemble mes comptes-rendus de lecture, et inscrivez-vous à la newsletter afin d'être informé des dernières mises à jour. Bonne route...

mercredi 28 août 2019

Pays baltes, entre mer et forêts, sur les traces de l'ex Urss (7/8)


11/08/19 

Jour: 237km     Total: 5064 km

Nous franchissons la frontière polonaise et entamons un long détour pour rejoindre la forêt de Bialowieza, dernière forêt primaire d'Europe qui s'étend sur la Pologne et la Biélorussie toute proche. Je lorgnais il y a deux ans sur cette zone lorsque nous étions dans le sud du pays. Nous en avions fait l'impasse par manque de temps.

Après un bref contrôle de police, nous empruntons des routes secondaires en piteux état. La route se transforme. Une piste côté droit, une bande asphaltée côté gauche. Chaque véhicule arrivant en face m'oblige à me décaler sur la droite, louvoyant dangereusement entre les nids de poule béants.

Les villages polonais se ressemblent : une grande rue principale bordée par de magnifiques maisons en bois ouvragé, devant lesquelles sont installés des bancs sur lesquels sont assis des petits vieux qui bavardent et commentent le passage des véhicules.

Bialowieza est donc un village dont la forêt éponyme est primaire ou vierge de toute activité humaine. 700 bisons, des loups, des lynx y vivent dans un environnement exclusivement naturel.
L'Homme, à quelques exceptions près, n'entretient pas, ne cueille pas, ne déplace pas les troncs depuis des centaines d'années.



Pour pénétrer dans ce lieu préservé, un guide officiel est obligatoire. Nous prenons contact avec un guide polonais parlant français, condition indispensable pour tenir en haleine nos deux garçons.
La visite se fera demain.

En attendant, nous allons visiter la réserve, genre de zoo dans lesquels les animaux issus de la forêt vivent dans des conditions « semi » naturelles.
Rien de très époustouflant, mais c'est l'occasion pour les garçons d'observer de près des bisons et toutes sortes d'animaux représentant la faune locale.






Grand parking tranquille au centre du bourg.

12/08/19 

Jour: 388 km    Total: 5452 km

Rendez-vous 10h00 avec Wieslaw, notre guide polonais qui parle un français parfait.

Il fait chaud, très chaud et nous partons pour 7 ou 8 kilomètres de randonnée en forêt. Nous sommes onze français.

Nous ne sommes pas encore entrés dans la zone primaire que Wieslaw s'arrête tous les 20 mètres pour nous donner un tas d'informations.

Après 20 minutes de marche, nous atteignons un grand portail en bois. Ce dernier fut érigé dans les années 1920. Il délimite la zone restreinte, celle où il est interdit de pénétrer sans guide officiel.
Steven Spielberg est venu ici, il a voulu y tourner des scènes de Jurassic Park et s'est inspiré de ce fameux portail pour les décors du film.

Il faut éteindre nos téléphones, la Bielorussie étant à quelques centaines de mètres, nous risquerions de passer sur le réseau du pays voisin et d'avoir des factures astronomiques. Il ne faut pas me le dire deux fois, j'ai déjà expérimenté...

Nous ne sommes pas encore à l'intérieur que nous nous faisons déjà contrôler par des employés du parc.






Wieslaw pousse la porte, nous entrons.

Des chênes plusieurs fois centenaires, des champignons aux formes improbables, des insectes, des arbres déracinés, malades, des troncs au sol depuis des dizaines d'années, des sons, des odeurs...
Heureusement, Wieslaw n'est pas avare en explications et nous apprenons beaucoup.
L'Homme n'agit pas, n'entretient pas. La nature gère toute seule cette forêt.
Émile, équipé de ses jumelles, de son appareil photo et de ses jumelles ne loupe pas une miette.
4h30 après être partis, nous n'en pouvons plus. Nous sommes fatigués et nous avons faim. Tous les membres du groupe marchent droit devant eux, ne posent plus de questions et ne s'arrêtent plus pour photographier les champignons. Seul Émile et Wieslaw conversent joyeusement 10 mètres devant.




















Nous regagnons le village, déjeunons et reprenons la route.
Il nous faut désormais traverser la Pologne.


Petites routes puis autoroute.
Nous entrons de nuit dans Lodz, grande ville industrielle.
Après avoir évincé un petit parking sombre et sordide, nous nous garons sur celui de la Manufaktura, un immense centre commercial aménagé dans une ancienne usine.

13/08/19 

Jour: 455 km     Total: 5907 km

L'objectif est de rejoindre Berlin. Cette étape n'était pas spécialement prévue, mais elle s'est imposée à la fin de ce périple imprégné par l'histoire de l'URSS.

Les enfants sont insupportables, il m'est difficile de conduire dans ces conditions.
Nous couchons dans un camping hors de prix à une vingtaine de kilomètres au sud de Berlin.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Booking.com

Archives du blog