Bienvenue sur world-blogueur.com ! Ce blog rassemble les récits et photos de mes périples et expériences près d'ici ou à travers le monde. Des voyages à vélo, en bus, en train, sac à dos, en fourgon, en famille, en montagne ou tout au nord... Consultez également ma bibliothèque qui rassemble mes comptes-rendus de lecture, et inscrivez-vous à la newsletter afin d'être informé des dernières mises à jour. Bonne route...

mardi 25 mars 2008

Inde du sud, Kérala


L'objectif de ce week-end prolongé est de découvrir Fort Cochin  et ses environs, une ville située sur la côte Malabar, au sud-ouest de l'Inde, dans l’état du Kerala.


19/03/2008

Décollage nocturne et en retard d'Abu Dhabi, nous courons dans l'aéroport de Doha pour avoir notre correspondance.

20/03/2008

6h00 du matin heure locale, j'ai dormi 3H30 sans interruption. L'avion perd de l'altitude et déjà survole le territoire indien. Il plonge avec vigueur dans une épaisse mer de nuages qui semble sans fin. Tout d'un coup, nous retrouvons la visibilité à quelques 200 mètres au dessus d'une barque. Le pilote remet brusquement les gaz, l'avion se cabre et reprend rapidement de l'altitude. Une annonce nous apprend que l'on ne peut pas atterrir pour le moment. Nous tournoyons comme des rapaces pendant 25 minutes, parfois nous apercevons les sols gorgés d'humidité du Kerala.
Deuxième annonce, la visibilité est mauvaise, nous devons encore tourner pendant 25 minutes.
Une heure après avoir approché de près la piste, l'avion est finalement dérouté sous une pluie battante, vers Trivandrum (Thiruvananthapuram de son vrai nom ) à quelques 300 kilomètres plus au sud.
Quatrième annonce nous informant que le temps d'attente sur le bitume dépendra de la visibilité sur la piste de Cochi. Une heure d'attente et finalement une heure de sommeil supplémentaire pour nous et nous repartons vers notre destination...
Presque quatre heure de retard lorsque nous sortons de l'aéroport international.

Et instantanément le sentiment que nous sommes de retour en Inde.
Des dizaines de familles attendent drapées de centaines de couleurs. La conduite de notre chauffeur de taxi, les odeurs et le paysage urbain confirment brutalement notre première impression, nous sommes en Inde, et ce pour notre plus grand plaisir !
Nous traversons Ernakulam, cité tentaculaire et chaotique et arrivons à Fort Cochin vers 12h00.
Fort Cochin est une ville située sur une ile qui est a pour caractéristiques d'être marqué par un passé colonial qui aujourd'hui est encore omniprésent.


Ils m'invitent à monter sur leurs installations, nous discutons une petite heure sous la pluie, me proposent à boire et me proposent de revenir samedi matin, à 9h00, lorsqu'ils relèveront les filets.
Je promets de revenir et me promène en profitant de ce tumulte.
Le gérant de l'hôtel nous apprend qu'il se tient un festival à quelques quinze kilomètres de Fort Cochin, un festival dans un temple hindoue qui célèbre les éléphants. Bien que fatigués par notre voyage, nous ne résistons pas. Nous prenons un Tuk-tuk.
Il est un peu tôt, les festivités n'ont pas réellement débutées mais on sent dans l'atmosphère qu'il va se passer quelque chose. Petit à petit, arrivent des hommes, des femmes, des enfants puis un éléphant, deux, trois...
Quinze éléphants au total vont être parés et vont entamer une procession, accompagnés de musiciens et de centaines de fidèles. Nous profitons du spectacle deux heures durant, sans en manquer une miette et sans manquer l'occasion de répondre aux "bonjours".



 






 











Un homme semble tellement heureux de nous voir qu'il m'embrasse les mains et les oreilles !
Petit restaurant indien le soir, où la bière, faute de licence, est servie dans des théières et des tasses...

21/03/2008

Lever matinal pour explorer les célèbres "Backwaters", les canaux du Kerala.
 
Il s'agit de canaux qui sillonnent et infiltrent tout l'arrière pays et qui permettent aux habitants de se rendre dans leurs villages, à l'aide de barques sommaires et non motorisées. 
 









Matinée tranquille au fil de l'eau dans une nature luxuriante et sous la pluie...
Promenade en fin de journée sur la "corniche" de Fort Cochin où pêcheurs et familles vendent et achètent le poisson que l'on vous cuit sur place: " you buy, we cook !"



22/03/2008

Lever matinal pour ma part, je retourne voir les pêcheurs. Sitôt qu'ils me voient, ils m'appellent tous: "Patrick, eh Patrick !" Je suis amusé de cette erreur sur mon prénom, ils m'invitent à relever les filets avec eux et insistent pour me prendre en photo.





La foule s'active pour dénicher le poisson au meilleur prix, les chats, les chiens et les corbeaux essaient de l'avoir sans prendre de coups.








Certains pêcheurs voyant l'appareil photo insistent pour que je leur tire le portrait, attendant avec impatience de voir apparaitre leur visage sur l'écran.
J'y retourne quelques heures plus tard avec Anne Gaëlle puis nous partons à pied, à la découverte de la ville.
Effectivement, le centre de Fort Cochin est assez éloigné de ce que l'on a pu observer en Inde du Nord. Peu de monde, pas trop d'immondices dans les rues et des bâtiments issus de l'héritage colonial, plus ou  moins défraichis. Dans certaines rues,  nous nous surprenons à ne pas reconnaître l'Inde que nous avons connu.
Partie de pêche sur la plage, églises vieilles de cinq siècles et cimetière hollandais, sont au programme de la matinée.




La pluie, toujours la pluie.



Nous partons en Tuk-Tuk pour Mattancherry, le quartier juif. Promenade agréable, entre les gouttes dans cet ancien quartier aux épices, désormais quartier aux touristes.
Nous retournons nous reposer quelques heures et ressortons à la faveur d'une accalmie, bien décidés à se perdre loin des attraits touristiques. L'envers du décors est plus fidèle à ce que nous avions vécu. Peut-être plus pauvre, plus sale, moins beau, mais une population bien plus accessible et accueillante.










23/03/2008

Départ très tôt en taxi, accroché à la poignée du véhicule pour ne pas basculer...
Nous quittons l'Inde à 8h00 heure locale, bien décidés à y retourner, et vite...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Booking.com

Archives du blog