Bienvenue sur world-blogueur.com ! Ce blog rassemble les récits et photos de mes périples et expériences près d'ici ou à travers le monde. Des voyages à vélo, en bus, en train, sac à dos, en fourgon, en famille, en montagne ou tout au nord... Consultez également ma bibliothèque qui rassemble mes comptes-rendus de lecture, et inscrivez-vous à la newsletter afin d'être informé des dernières mises à jour. Bonne route...

samedi 30 janvier 2021

Un vélo de voyage de A à Z: Etapes 1 et 2

Bon, compte-tenu du contexte, pas de voyage à l'horizon...

L'envie de voyager est encore plus forte. Pour gérer ma frustration, je souhaite me confectionner un vélo de voyage.

Ceux qui me connaissent savent que la pratique du vélo fait partie de mon quotidien (J'en ai 7). En promenade sportive avec les potes, en promenade avec les enfants, pour aller travailler, faire des courses, effectuer tous mes déplacements mais aussi et surtout pour voyager. 

Chaque vélo a son usage et, excepté un qui est une relique sentimentale, je les utilise tous.

Mon vieux Peugeot n'a pas démérité depuis que je l'ai, il m'a accompagné sur tous mes voyages à vélo mais il est fatigué.

 

Je me suis récemment refait un vélotaf (vélo pour aller au taf), en acier, qui ne craint rien et que j'ai payé une bouchée de pain sur le Bon Coin. Quelques modifications: stickers enlevés, porte-bagage, rétroviseur et pneus Schwalbe Marathon.

L'année passée, j'ai remonté un Trek en aluminium (roues 700) pour voyager.

Alors pourquoi me refaire un énième vélo ?

Mon Peugeot est fatigué, il dispose d'une fourche télescopique non blocable, le cadre alu est abimé.

Mon vélotaf ne dispose pas des œillets indispensables à la fixation de porte-bagages solides.

Mon Trek est adapté aux voyages en Europe mais les roues en taille 700 sont presque impossibles à trouver en Amérique du Sud ou en Asie. De plus, leur diamètre les rend plus fragiles que les 26 pouces et la largeur du cadre empêche d'y monter des pneus larges (pour les pistes et le confort). Enfin, les cadres en aluminium sont légers mais ne peuvent être soudés en cas de pépin et  les œillets de fixations sont plus fragiles.

Bref, outre le fait de m'occuper pendant cette abstinence forcée et de rêver, il me plait de monter moi-même un vélo de A à Z avec le matériel le plus adapté aux pistes du monde entier.

Il me faut des roues de 26 pouces, un cadre en acier de qualité muni d’œillets sur les haubans et sur la fourche (rigide en acier également) et des périphériques Shimano 9v, idéalement du Déore.

Un vélo de voyage de série, coûte au minimum 1300 euros avec les caractéristiques énoncées plus haut.

Je vais essayer de minimiser les coûts au maximum et obtenir un vélo robuste, fiable et pas trop lourd. A défaut de suivre mes périples, vous pourrez suivre ici les étapes de cette réalisation.

Étape 1: Trouver un cadre

C'est chose faite:

Un cadre Rockrider 580 de 1996 en acier Cromo de qualité, léger et robuste, avec œillets sur les haubans.

Trouvé d'occasion sur le Bon Coin, il m'est envoyé de Lyon et arrivera la semaine prochaine.

Cadre: 65 euros + 15 euros de livraison

 
La fourche, d'occasion m'avait été offerte par un internaute avec qui j'avais lié connaissance. Elle est également en acier et pourvue d’œillets.
 

Etape 2: Trouver un vtt d'occasion en Déore 9v

Je suis allé chercher aujourd'hui un Rockrider 5.4 des années 2000 que je vais "dépouiller" pour récupérer la presque totalité des composants.

Vélo: 65 euros

A suivre...




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Archive du blog